VOTRE PANIER

COMMANDER
Dior Cruise 2017 1 Dior Cruise 2017 2 Dior Cruise 2017 3 Dior Cruise 2017 4 Dior Cruise 2017 5 Dior Cruise 2017 6 Dior Cruise 2017 7 Dior Cruise 2017 8 Dior Cruise 2017 9 Dior Cruise 2017 10 Dior Cruise 2017 11 Dior Cruise 2017 12 Dior Cruise 2017 13 Dior Cruise 2017 14 Dior Cruise 2017 15 Dior Cruise 2017 16 Dior Cruise 2017 17 Dior Cruise 2017 18 Dior Cruise 2017 19 Dior Cruise 2017 20 Dior Cruise 2017 21

DIOR CRUISE 2017

La Cruise 2017 de Christian Dior fut l'occasion pour Ambre & Louise d'un tea time à l'anglaise. 

Rien à envier aux paysages de Gainsborough et romans de Jane Austen, Blenheim Palace incarne à lui seul la quintessence d'un certain esprit anglais. Baroque, massif, maison et temple, aussi romantique et tourmenté que les tournages qui y ont eu lieu à l'image de Barry Lindon et Orlando, aussi alambiqué et plein de surprises qu'une photo de Tim Walker. 

C'est la maison Christian Dior qui écrit aujourd'hui un nouvel épisode de son histoire dans ce lieu, à l'image de John Churchill, premier duc de Marlborough et fondateur des murs. Après les premiers défilés de 1954 et 1958, Dior refoule le sol du grand hall, les models celui des salons, les invités celui de la bibliothèque pour une tea party dont les nuances imbibaient d'élégance le kitsh anglais. Alexa Chung et Elizabeth Olsen regardaient cette collection sequins, pêche et subversion portée par des passantes baudelairiennes. 

Une collection particulièrement tournée vers la maroquinerie. Osée, expérimentale même, avec des sacs baroudeurs chics, que l'on verrait bien portée par Kate Middleton à bord de son Range Rover à Balmoral. Après Monsieur Dior et Yves Saint Laurent, Serge Ruffieux et Lucie Meier ont coordoné cette collection rafraichissante et riante.

Mais plus qu'un défilé, c'est un séjour. Trois jours en Angleterre, entre Londres et Oxford, contrasté à l'image de la vie nocture de Mayfair et la tradition léchée d'Oxford. Protocolaire mais décalée, à l'image la maison Christian Dior et de l'esprit anglais, la cruise fit naître son propre pub diorisé, ses bad boys serveurs aux pintes tailleurs bar, sa locomotive aux airs d'Hercule Poirot reliant Londres à Blenheim.

Pas de crime de l'Orient Express pour autant, ni de voie 9 3/4 sur le quai. L'intrigue et la magie de l'événement résident dans la qualité exceptionnelle du cadre et de l'accueil. Un parcours de quelques jours dans une Angleterre Diorisée, de bon goût, joueuse et élégante.

God save the Queen.

 


Chargement en cours ...