VOTRE PANIER

COMMANDER
Michela d'Angelo 1 Michela d'Angelo 2 Michela d'Angelo 3 Michela d'Angelo 4 Michela d'Angelo 5 Michela d'Angelo 6 Michela d'Angelo 7 Michela d'Angelo 8 Michela d'Angelo 9

MICHELA D'ANGELO

Rendez-vous pris Piazza dé Ricci, chez Pierluigi, un peu en retrait de l'agitation du Campo dei Fiori. Une table pour deux nous attend en terrasse,  dans cette zone hors du temps de Rome.

Pour deux ? Oui, en compagnie d’une jeune femme blonde aux accents renaissance et michelangelesque. Comme une plongée dans une fresque italienne, Michela d’Angelo, modèle et contributrice à L’Officiel Italie, me fait le plaisir de cette rencontre estivale. Un moment trouvé avant Zakynthos, Palerme et Amalfi pour un déjeuner entre esthètes où il est question de goûts, d’art, d’Italie et d’Instagram. 

H: Comment décririrais-tu ton esthétique et celle de ton Instagram ?

M : Moderne et intemporelle, minimaliste et sophistiquée à la fois. 

H : C’est intéressant parce que c’est justement la vision qu’Ambre & Louise a de la beauté : cet équilibre entre simplicité et une touche de baroque, d’abondance. Je suis assez ennuyé par le « less is more » et ce que j’appelle « la tyrannie du minimalisme ». Parfois je l’appelle aussi « la tyrannie du marbre », bien que j’adore le marbre. Il y a tellement de marques qui dans un souci de minimalisme et par mimétisme décident de mettre du marbre dans leurs boutiques. 

M : Oui et tu sais, c’est justement ce que j’aime dans la mode italienne; la modernité avec laquelle on parvient à préserver la tradition. Le côté « baroque » est toujours présent chez les marques italiennes, par petites touches subtiles, se mêlant avec sobriété. Par exemple avec Alessandro Michele chez Gucci ; j’admire tellement son travail, il a une vision et un gout unique qui lui permettent de bousculer les codes d’une marque italienne traditionnelle comme Gucci. Mais par-dessus tout, ce que j’adore chez lui c’est qu’il n’a pas peur de prendre des risques, de donner vie à une mode du « more is more », en contraste avec les tendances minimalistes actuelles. Des défilés aux nouveaux flagships, il habille tout d’une beauté éclectique et onirique.

H : Et cette beauté éclectique et onirique est typiquement italienne selon toi?

M : Pas spécialement, parce qu’on peut aussi qualifier la Grande-Bretagne d’éclectique et d’onirique si on pense à Alexander McQueen ou à Tim Walker par exemple. Mais je pense que l’Italie possède des caractéristiques culturelles spécifiques qui favorisent une certaine culture de l’abondance. De la Rome antique à Michel Ange et la Renaissance italienne, du baroque au futurisme italien, notre culture à un côté très grandiose et théâtral, avec une grande importance accordée aux notions de mouvements et de dynamisme. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas être simple. Au contraire ! Nous parvenons à trouver l’équilibre entre le « less is more » et le « more is more ».

H : Par exemple?

M : Mmmh, Gabriella Crespi ! Oui. Complètement. C’est la reine du baroque et de la simplicité dans le monde du design.  La force et la polyvalence de son mobilier, la simplicité des formes et le clinquant de l'or. Une sorte de "lessmore is more". Je pense par exemple au bureau Ying et Yang, qui peut être un meuble ou bien trois, selon votre humeur, votre point de vue à un moment donné. 

H : Mmmh, je vois...Beaucoup de mes inspirations et influences en termes de décoration, d’architecture d’intérieur, de visual merch etc me viennent d’Italie, et de son équilibre entre baroque et simplicité. Je pense particulièrement à un restaurant milanais ; Carlo e Camilla in Segheria, via Giuseppe Meda à Milan. Je l’adore, avec ses énormes chandeliers anciens, les vieilles assiettes et la brutalité du lieu en béton, l’aspect industriel.

M : Oh mon dieu j’adore cette endroit ! Il faut que nous allions dîner là-bas quand tu viendras à Milan !

H : Oui, absolument, en plus je n’y suis jamais allé encore...

Et est-ce que ton chez toi reproduit ta vision de l'esthétique ?

M : Oh, j’ai emménagé dans une nouvelle maison il y a quelques mois donc les choses commencent lentement à s’accorder. Un grand espace blanc et lumineux est contrasté par des pièces plus fortes et colorées, un canapé en velours bleu, des éléments en cuivre, un tapis marocain et une touche de verdure avec mes plantes vertes. J’adore décorer, c’est juste le début!

H : Aah et quelle est l’œuvre d’art idéale tu voudrais acheter pour chez toi alors ? 

M : Une table basse Ellisse et une lampe Fungo de Gabriella Crespi !

H : Haha, évidemment. Parfait.

Et à part Gabriella Crespi, parles moi de tes références artistiques?

M : Mes référénces artisitiques principales me viennent de la photographie : Helmut Newton et Guy Bourdin, leur art est tellement sensuel et provocant, l’idéal de beauté que l’on perçoit dans chaque photo est intemporel. J’aime le cinéma français, de Truffaut à Godard, et la manière dont l’imaginaire de la nouvelle vague a inspiré des générations de designers. Dans l’univers de la mode, j’aime les créateurs comme Phoebe Philo, Nicolas Guesquière, Guillaume Henry, Joseph Altuzarra, Anthony Vaccarello : ils ont une forte influence sur moi, pas seulement à cause de leur vision de la femme, mais principalement par leur recherche continuelle de la séduction/attractivité.

 

MODE, INSTAGRAM, ITALIE

H : Parlons un peu de ta vision de la mode et de l’Italie. En tant que modèle et contributrice pour l’Officiel, tu es habituée à jouer avec ton image. Comment tu conçois les liens entre Instagram, les réseaux sociaux et la mode, la notion de style ?

M : Mmh, actuellement avec les réseaux sociaux nous sommes tous surexposés aux nouvelles tendances, chaque semaine. C’est évidemment agréable, mais ce serait beaucoup plus intéressant de voir les gens s’habiller d’une manière qui reflète vraiment leur personnalité, plutôt que de suivre les modes. En fait la mode est aussi faite pour s'amuser, et il faut s’y exprimer, montrer la meilleure version de soi. Instagram peut-être un moyen d’exprimer cette meilleure version de soi-même. Bien sûr, la dimension narcissique d’une telle exposition de soi est réelle, mais je pense qu’une meilleure utilisation d’Instagram est possible et existe. Jouer avec les photos, les couleurs, les thèmes, les cadres, les dimensions, c’est comme jouer avec le langage pour un poète ! Instagram est le moyen adapté au 21ème siècle d’exprimer sa vision du beau, sa singularité, son style. Le langage, c’est l’image.

H : Et finalement, ces deux dimensions d’Instagram peuvent cohabiter dans un « Journal d’autopromotion décomplexé », comme Caroline de Maigret l’écrit sur son compte, avec une dimension artistique et singulière...

M : Oui, je pense. Mais bien entendu Instagram n’est pas une toile de maitre ou une symphonie...

H : Oui c’est sûr, mais comme tu l’as dit, c’est le moyen adapté au XXIe siècle d’exprimer sa sensibilité et son style, et pas seulement d’en faire la pub…

M : Oui, et la mode n’est pas toute noire ou toute blanche, mais les deux à la fois, avec de nombreuses nuances de gris. C’est comme les gens qui critiquent la fast fashion. La mode classique peut tout simplement cohabiter avec des marques comme Zara et Mango, qui produisent une quantité impressionnante de collections, et qui sont en même temps toujours à la pointe des dernières tendances. Les prix plus bas et les délais de production toujours plus courts permettent d’obtenir des produits cools et « intrend », ce qui n’est absolument pas comparable aux exigences en terme de qualité des marques les plus prestigieuses. Vous pouvez les combiner, et le résultat sera toujours réussi, vous n’aurez par l’air trop habillée. Instagram c'est aussi pareil; oui il y a une part narcissique, mais à côté de ça, on y découvre de vraies personnalités avec une vision du beau, de la mode, du monde. 

H : Et la mode milanaise? Comment tu la décrirais ?

M : Milan est une ville élégante où l'on voit des femmes avec des tenues extraordinaires partout et où l'on peut ressentir ce style italien chic mais détendu ; même les tenues casual regorgent de détails et de complexité. 

H : Et comparé au style de la côte amalfitaine ?

M : La côte amalfitaine est une destination glamour historique, où tu peux vivre un aperçu de la dolce vita. Ce style se compose principalement de tissus légers, de jolies robes et de bijoux en or et en coraux. Il faut oublier les couleurs sombres et les talons hauts et ne pas hésiter à acheter les célèbres sandales fait-main de Capri.

LE CARNET DE ROUTE DE MICHELA D’ANGELO

H : Tu es née à Rome. 2 ou 3 adjectifs pour décrire cette ville ? 

M : Rome est passionnelle, à couper le souffle et toujours source d’inspiration.

H : Et Milan, là où tu vies ?

M: Elégante, vibrante et inattendue. 

H : Et la côte amalfitaine? 

M : Inlassablement glamour, parfumée, séduisante. 

H : Comment tu les opposerais, les comparererais ? 

M : Ce sont des lieux complètement différents: Milan est l’endroit où je vie et travaille, c’est une ville trépidante, élégante, et il y a toujours quelque chose à faire. Rome est ma ville natale, j’ai un lien particulier avec elle et à chaque fois que je rentre je réalise à quel point elle est unique. Amalfi, avec ses paysages magnifiques et son littoral spectaculaire, avec ses couleurs et son atmosphère, constitue le cadre idéal pour une escapade romantique.

H : Allé Michela, sois mon guide : tu me conseilles quoi à Rome?

M : Beaucoup trop de choses ! Je pourrais en parler pendant des heures mais je vais essayer d’être concise : après avoir visité les sites touristiques célèbres comme le Colysée, la Piazza di Spagna et la fontaine Trevi qui a récemment été restaurée, tu ne peux pas passer à côté des lieux suivants qui sont mes préférés : le Palazzo Doria Pamphili, un splendide musée privé situé à quelques minutes de la Piazza Venezia. San Luigi dei Francesi et la chapelle Contarelli, où tu peux admirer le travail du Caravage, Santa Maria della Vittoria pour voir « L'Extase de Sainte Thérèse », un des chefs-d’œuvre de Bernini, et les thermes de Dioclétien qui étaient les plus grands thermes de l’Empire romain.

Après ça, tu seras sûrement fatigué, mais s’il te  reste de l’énergie vous devez visiter le quartier Coppede depuis la Plazza Mincio, un petit trésor caché conçu par l’architecte Gina Coppede. Ce quartier confidentiel est un mélange astucieux de différents styles, du Baroque à l’Art Nouveau, et c’est juste magnifique.

Pour déjeuner, réserve une table chez Pierluigi, comme nous l’avons fait ! Sa cuisine de la mer est une institution à Rome, et comme vous pouvez le voir, l’extérieur est magique pendant l’été ! Pour finir, si vous voulez profiter d’un délicieux cocktail, essayez le Corner, une hôtel-boutique super chic sur la colline de l’Aventin. 

H : Et à Milan?

M : A Milan après avoir visité le Dôme et le château des Sforza, fais un tour au musée du Novecento, à la Fondation Prada et au bar Luce, son célèbre café imaginé par Wes Anderson.

La Villa Necchi Campiglio construite par l’architecte milanais Piero Portaluppi est un bel exemple de l’architecture des années 30, avec ses innombrables chambres, sa décoration somptueuse, sa piscine et son jardin, désormais convertie en musée.

Milan est aussi très présente sur la scène internationale de l’art contemporain, et tu peux visiter de très belles galeries comme celles ce Massimo de Carlo, Carla Sozzani, ou encore l’espace Kaufmann Repetto.

H : Et sur la côte amalfitaine?

M : Mes villes favorites sont Amalfi, Positano et Capri. La vue à couper le souffle, le parfum enivrant des citrons et le cadre féérique sont inoubliables. A Amalfi, réserve une chambre dans un superbe petit hôtel familial, souvent à l’écart du bruit et de la circulation, et où l'on peut profiter d’inoubliables petits-déjeuners avec vue sur la mer. A Positano, pose toi à Bagni d’Arenzio et profite du soleil et de l’eau translucide, puis déjeune chez « da Vincenzo » - son limoncello est incontournable. Si tu as deux jours de plus, va à Capri et offre-toi une nuit dans l’hôtel le plus beau & le plus chic : J.K. Place Capri, je l’adore !

H : Et pour finir, quelques questions rapides. Ton livre de l’été?

M : M train de Patti Smith.

H : Que fais-tu pour les vacances?

M : Je serai en Grèce la semaine prochaine, à Zakynthos, ensuite je prévois de passer quelques jours entre la Toscane et la côte amalfitaine.

H : L’instant parfait ?

M : Je suis du matin et je me lève assez tôt, l’instant parfait c’est lorsque je fais une longue promenade avec mon chien en écoutant de la musique et en me préparant pour ma journée sans me presser.

 

Instagram Michela d'Angelo : @micheladan

Interview en anglais : http://bit.ly/2bbTODC


Chargement en cours ...